Un site plein de vide

musée villa lobos 1

Visiter un musée plein de vide, c’est comme visiter un site sans contenu. On entre attiré par un décor alléchant, on est déçu par la première salle, on ne trouve nulle part ce qu’on cherche, on en repart bien vite, et on ne le recommande à personne voire, pire, on a de mauvaises pensées… Expérience à Rio de Janeiro avec le musée Villa Lobos.

« Tout vient de Villa Lobos » répètent en chœur les musiciens brésiliens depuis cinquante ans. Le compositeur Heitor Villa Lobos, né en 1887, a jeté un pont durable entre la musique populaire et la musique érudite. Mais on ne peut pas dire que son musée soit bien à la hauteur de son génie.

Le musée est installé dans un hôtel particulier charmant de Botafogo. Il ne comporte qu’un étroit vestibule et trois pièces, plus hautes que longues. Et il s’avère désespérément vide. Il présente en tout et pour tout un piano offert au compositeur par la maison Gaveau, une guitare et un violoncelle. Quelques photos délavées, un buste, des médailles et des rubans, deux ou trois pauvres reproductions de partitions, son chapeau, sa baguette, sa canne… et c’est tout. Misère !

L’administration du musée semble nettement mieux logée : elle occupe tout le reste du bâtiment, plus deux maisons attenantes. C’est que l’essentiel du fonds est constitué par la bibliothèque, accessible parait-il sur demande préalable, mais invisible aux visiteurs.

Conclusion, à Rio comme sur le web : une belle façade (ou un joli design) ne suffit pas, un back-office bien conçu non plus. Si le visiteur n’a pas accès à un contenu original et spécifique, s’il ne sort pas du site en ayant l’impression d’avoir appris quelque chose, il ne faudra pas s’étonner qu’il se soit fait une médiocre opinion de vous…

Vous aimerez peut-être :

1 Commentaire

  1. Y a-t-il une chaise ? On s’assied, on se met les écouteurs dans les oreilles, sur les Bachianas Brasileiras, avec et sans Victoria de Los Angeles, et on laisse le temps passer. Mais ça, en fait, on peut aussi le faire à la maison !

Vous avez quelque chose à dire, allez-y !