Marketing poétique à la boucherie Sanzot

Le Bock'Halles-Avignon

Pas facile d’exister quand on est un commerçant. Et moins encore un e-commerçant, dont l’offre se situe toujours, quelque stratégie de content marketing que l’on déploie, à un clic de ses concurrents. Comment se faire remarquer ? Notre ami Victor de Staël a son idée sur la question. Il découvre la formidable inventivité du commerce traditionnel français quand il s’agit de trouver une enseigne originale et facilement mémorisable. L’important serait-il hors de la boîte ? Pas sûr…

N’en déplaise aux disciples d’un Parnasse élitiste et aux gardiens chagrins du temple de l’alexandrin racinien, la poésie affleure dans nos rues et irrigue à jets continus le registre du commerce. Modernes aèdes, nos commerçants de quartier manient la lyre avec jubilation. Crayon sur l’oreille, moustache broussailleuse et marcel triomphant, votre boucher est un Rimbaud qui s’ignore. Chez lui, la poésie c’est tripal !

N’avez-vous pas été frappés par tous ces noms de boutique qui vous font chavirer d’émotion et parfois de rire ? Certes, ces Surréalistes méconnus puisent plus souvent leur inspiration dans l’almanach Vermot que dans Une saison en enfer, mais enfin ils offrent un régal gratuit et innocent au client « artiste » ou au flâneur attentif. « Les années vins » (caviste), « L’art Oz » (fleuriste), « Le chat beauté » (soins pour animaux de compagnie), « Pi’Hair » (salon de coiffure créé par Pierre Tondu) et mille autre magiciens en blouse ou tablier nous proposent de petits moments de pure magie sémantique.

J’ai récemment découvert un site contributif qui recense, photos à l’appui, les meilleures trouvailles en la matière : http://calembourstreet.tumblr.com. On doit cette plaisante idée à un communicant, Tristan Latgé – qu’il en soit ici remercié.

Fondateur de l’agence de com’ Immerso, il témoigne : « Nos commerçants sont désespérément experts en matière de calembours. Je suis impressionné par la créativité dont certains font preuve pour le nom de leur boutique. Je demeure toutefois assailli par le doute : premier ou second degré ? Vrai brainstorming (forcément alcoolisé) qui s’achève sur la conviction d’avoir trouvé LE nom qui assurera un succès obligatoire ou réelle approche kitch, clin d’oeil amusé à l’humour grossetêtesque apprécié par tous ? Cela reste un mystère et les deux possibilités me vont bien. »

A vous de jouer ! Lumix en bandoulière ou iPhone au poing, mettez-vous à l’affût de ces petits bijoux (poil au genou) d’enseignes et autres devantures qui portent haut (poil au dos) les couleurs de la poésie (poil au …).

Vous aimerez peut-être :

Vous avez quelque chose à dire, allez-y !