Le SEO, un mort-vivant

le SEO un mort vivant

Le SEO est mort en tant qu’outil magique d’acquisition de visibilité. Il est insuffisant pour convaincre les moteurs de l’utilité de vos contenus – et vos cibles de l’intérêt de vos discours. Il restera indispensable au même titre que le respect des règles grammaticales ou orthographiques.

L’annonce de la mort du SEO n’est pas un scoop. Car chaque nouvelle avancée dans l’algorithme de Google va dans le même sens : privilégier les contenus utiles et pénaliser les contenus bidons, ces derniers sensément reconnaissables parce qu’ils sont « sur-optimisés ». La semaine dernière, Lee Odden, roi américain du « refnat » et bien connu pour son blog TopRank a lui-même prononcé l’éloge funèbre du SEO sur le congrès Content Marketing World. A mon tour de donner mon avis.

Les pionniers du référencement

Longtemps, le Search Engine Optimisation a été une technique de wise guys – de petits malins. Des dizaines d’astuces garantissaient (plus ou moins) d’obtenir une meilleure position dans le classement naturel des moteurs de recherche. Des spécialistes autoproclamés faisaient mine de connaître la formule magique de l’algorithme et ses 200 variables. L’opacité était cultivée par les porte-parole des principaux moteurs de recherche – au premier rang desquels Google, vite passé maître dans l’art d’instiller le doute et de distiller des informations vagues.

L’ère des magiciens est derrière nous

Ces temps sont révolus. Parce que les milliers de chercheurs de Google ne passent pas leurs journées à peigner la girafe. Parce que 99% des règles de conduite SEO sont connues, et se banalisent jusqu’à être intégrées d’office dans des logiciels d’aide à la rédaction qui se multiplient comme des champignons. Parce que les dernières astuces « sur-efficaces » s’assimilent à du black hat et entrainent des risques de désindexation que plus une entreprise responsable ne prendrait aujourd’hui.

Produire les bons contenus et savoir s’en servir

Les consommateurs ont perdu la foi. Les marques existent davantage par ce que leurs publics en disent que par ce qu’elles racontent d’elles-mêmes. Les questions, on les pose à ses réseaux sociaux, à son moteur de recherche, à son forum. La production de contenus adaptés, leur diffusion, et leur intégration dans un entonnoir relationnel qui mènera à la décision : c’est là que ça se passe. Et ça s’appelle content marketing.

Spécialistes de SEO et dictée de Bernard Pivot

Bien sûr, on peut se passionner pour l’orthographe. Cultiver les différences entre cuisseaux de veau et cuissots de chevreuil, se souvenir que le chapeau de cime est tombé dans l’abîme. Cela ne fera de personne un écrivain. Pour autant, un texte truffé de fautes d’orthographe, une vidéo sous-exposée ou une bande-son inaudible n’aura aucune chance de passer le seuil de l’indifférence – dans le meilleur des cas.

S.O.S. : Syntaxe, Orthographe, SEO.

Un contenu qui ne souscrit pas à ces trois règles est perdu d’avance, un contenu qui se contente de les maîtriser l’est tout autant. De même qu’une bonne orthographe ne fait pas le talent littéraire, la maîtrise des fondamentaux du SEO ne constitue plus un plus, mais ne pas les connaître constitue désormais une faute.

Retrouvez-moi sur tweeter : @tgillmann

Vous aimerez peut-être :

2 Commentaires

  1. Frederic dit :

    Vous avez une bien triste vision du métier de SEO et effectivement l’ approche que vous décrivez est morte depuis bien longtemps. Pour autant, le SEO abordé comme un outil au service d’une stratégie de visibilité cohérente est tout sauf mort.

    Le SEO n’a pas pour rôle de générer des contenus de mauvaise qualité comme vous le suggérez mais bien au contraire de s’assurer que les contenus du site sont accessibles aux moteurs, bien valorisés et analysés par les robots de la meilleure façon possible.

    Opposer contenu et SEO c’est juste une aberration totale… L’un travail au service de l’autre et vice versa.

    • Thierry dit :

      Cher Frédéric,
      Votre réaction est bien intéressante. Vous avez raison, du reste cet article n’oppose nulle part SEO et contenu. Le sujet, c’est davantage que le SEO passe d’un art réservé aux sachants… à des règles qui s’imposent à tous, autant que l’orthographe et la syntaxe. Et que le SEO est en train de s’intégrer aux logiciels d’aide à l’écriture web, les Skyword, Hubspot, etc.
      Bien cordialement. TG

Vous avez quelque chose à dire, allez-y !