Les All-Blacks assurent la sécurité des vols d’Air New Zealand

video-securité-air-new-zealand-MIB

Sans avion ni hôtesses, le nouveau film de sécurité à bord des avions de Air New Zealand : Men in Black, surprend un peu. Entre All-Blacks, acteurs du film, stars internationales de rugby, et musique omniprésente, le résultat est quelque peu surchargé. Ce qui n’empêche pas la vidéo d’enregistrer des millions de vues en quelques jours.

Des hobbits aux All-Blacks

Transformer les ennuyeuses consignes de sécurité en spectacle, et contribuer à ce que les passagers les regardent jusqu’au bout, c’est la belle idée mise en œuvre depuis trois ans par Air New Zealand, avec un mème du Seigneur des Anneaux.

La compagnie récidive aujourd’hui en mettant en scène un épisode de Men in Black un peu particulier, puisqu’il intègre des joueurs de l’équipe nationale de rugby, les All-Blacks. Une présence qui n’a rien de surprenante : les joueurs de Nouvelle Zélande sont bien décidés à conquérir leur quatrième Coupe du Monde de rugby consécutive, à partir de ce 18 septembre.

Je ne doute pas une seconde que les fans de rugby – et ceux de Men in Black, s’il en reste (le premier de la série est sorti en 1997), soient ravis. Mais si j’avais adoré (voir l’article) le film de sécurité à bord présenté en 2012 par Air New Zealand, qui était entièrement placé sous le signe du Seigneur des Anneaux , ce nouvel opus m’a personnellement moins convaincu.

Qui est le héros du film ?

Dans le film précédent, les passagers étaient incarnés par les personnages du Seigneur des Anneaux. Gandalf, Aragorn, les orques et les hobbits prenaient l’avion, comme des passagers ordinaires. Certes, l’hôtesse était une elfe aux oreilles pointues, mais c’était tout de même une hôtesse. Autrement dit, les héros étaient clients de la compagnie, et les clients étaient les héros du film.

Dans ce Men in Black des antipodes, pas de doute, les héros sont les joueurs de rugby néo-zélandais. Mais on a un peu trop chargé le casting :

  • Les extra-terrestres sont des légendes étrangères du ballon ovale : David Campese l’australien, l’anglais Martin Johnson, l’argentin Agustin Pichot. Comme il faut pouvoir les reconnaître, on les a affublé de quelques cornes sans pour autant les transformer en créatures effrayantes. Ce sont des méchants, mais ils sont gentils quand même.
  • Les agents M.I.B. sont des All-Blacks : le capitaine Richie McCaw, le demi d’ouverture Dan Carter, Kieran Read, Keven Mealamu, et le coach Steve Hansen.
  • Le chef des M.I.B. est l’agent Z, dont le rôle est tenu par l’acteur des deux premiers épisodes du long métrage : Rip Torn.
  • Francky le chien qui parle est là pour faire rire.
  • La musique originale du film est un hip-hop ayant eu son heure de gloire. Israel Dag (le rugbyman) et Stan Walker font le show et tiennent le flow.

Les All-Blacks, démonstrateurs délégués

A la différence avec la version Seigneur des Anneaux, les héros ne sont pas clients, ils sont en quelque sorte des démonstrateurs délégués – la mission leur a été confiée par l’agent Z. Les hôtesses n’apparaissent qu’à la fin, pour remercier les Men-in-All-Blacks d’avoir fait leur travail. Mais qui étaient les clients alors ? Les extra-terrestres.

Hein ? Vous n’avez rien compris ? C’est normal : si vous n’avez pas vu Men In Black et/ou que vous ne vous intéressez pas particulièrement au rugby international, vous n’aviez aucune chance ! On peut parier que les supporters néo-zélandais en route vers l’Angleterre apprécieront le cadeau, mais je suis moins sûr de la portée de ce film comme vidéo virale en dehors du monde britannique.

Retrouvez-moi sur tweeter : @tgillmann
ou écrivez moi : m’envoyer un mail

Vous aimerez peut-être :

Vous avez quelque chose à dire, allez-y !